Bienvenue sur le site de l'ANCQ!

Action des nouvelles conjointes et nouveaux conjoints du Québec

2013-01-26 - Jocelyne écrit un texte sur le jugement Lola contre Éric

 

Cause Lola contre Éric

 

Une très heureux dénouement dans la cause de Lola contre Éric pour les droits des hommes. Décision rendue par la cour suprême du Canada le 25 janvier 2013. La Cour Suprême du Canada vient de contrecarrer le plan de Lola de voler à Éric le fruit de son travail acharné et de ses talents. Pour les hommes, c’est une excellente nouvelle et pour celles qui trouvent que les femmes exagèrent et qu’elles prennent de plus en plus les hommes pour de vulgaires pourvoyeurs, pire, leurs esclaves. Une pension alimentaire pour les enfants, c’est normal et il est bien que les hommes nourrissent leurs enfants, mais les poupées de luxe n’ont pas été adoptées par leur conjoint. Elles demeurent responsables d’elles-mêmes. Éric n’a pas adopté Lola et n’a donc aucun lien de filiation avec Lola et Lola n’a aucun droit de voler et de demander à des juges de voler légalement celui qui l’a fait vivre durant plusieurs années. Si ce jugement avait donné raison à Lola, les hommes ne seraient plus que de vulgaires pourvoyeurs envers des femmes qui veulent se faire vivre par un étranger, soit en demeurant avec celui-ci pour un temps déterminé. C’est devenu insensé les causes que les féministes défendent et elles passent maintenant de façon insidieuse et machiavélique par la cour suprême pour obtenir leurs moindres caprices et faire de leurs caprices des lois . De nombreux hommes se suicident parce que les pensions alimentaires ne leur laissent même plus de latitude pour refaire leur vie et recommencer en espérant mieux. Les hommes auraient été pris au piège comme des rats, ou des chevaux de travail ou pire des esclaves de mesdames. Les femmes ont revendiqué l’égalité avec les hommes, alors, qu’elles travaillent pour gagner leur vie!

 

Imaginez un jeune homme de vingt ans qui se voit condamné à payer une pension alimentaire à vie à une femme simplement parce qu’ils ont fait vie commune durant quelques temps. C’est insensé. Les femmes exagèrent. Levez-vous debout les hommes parce que vous êtes en train de vous faire anéantir par des femmes sournoises. Elles ne s’arrêteront pas là. Elles exigeront des lois du provincial. Pauvres jeunes. Dans quel monde ces femmes sont-elles en train de nous amener ? Socialement et humainement, un jugement en faveur de Lola aurait été une catastrophe. Pauvres jeunes hommes. Levez-vous ! Regroupez-vous ! Faites respecter vos droits! Vous êtes en train de vous avaler tout rond par une couleuvre de plus en plus immense appelée « féminisme » qui veut vous avaler tous d’un seul coup! Vous êtes en train de vous faire voler toute votre vie pour devenir un sujet dévolu au service de Mesdames et maintenant Mesdemoiselles Cléopâtre! Une catastrophe humaine et sociale est sur le point de se produire au Québec. Les féministes veulent maintenant que ce soit le gouvernement provincial qui légifère en cette matière puisqu’elles n’y sont pas parvenues par la cour suprême du Canada. Elles ne veulent pas lâcher le beau morceau de viande qu’elles ont trouvé à se mettre sous la dent.

 

Dans les années 60, dans les débuts du féminisme, les femmes disaient vouloir obtenir leur indépendance financière et occuper tous les métiers. Maintenant, elles ont cette indépendance, eh bien, qu’elles travaillent pour gagner leur vie comme les hommes le font. C’est exactement ce qu’elles réclamaient. Mais plus rien ne les arrêtent. Elles veulent un traitement de faveur et non plus l’égalité. Elles veulent maintenant tous les pouvoirs et pour cela, elles « occupent » (dans le vrai sens du terme) toutes les tribunes et tous les endroits où elles peuvent agrandir leur pouvoir et leur main mise sur toutes les lois. Les féministes ont trouvé dans la cause de Lola contre Éric une vague sur laquelle surfer. Elles ont trouvé un beau gros morceau de viande et elles se l’arrachent à coup de dents et de gueule. Elles ne lâcheront pas le morceau. Ce morceau de viande c’est vous Messieurs.

 

Bannières